Les oméga-3

Certains gras sont dits «essentiels» car l’organisme ne peut les synthétiser par lui-même. Les besoins doivent donc être comblés par la consommation d’aliments ou de suppléments. Ces gras polyinsaturés incluent les oméga-3 et oméga-6 et participent à une foule de processus importants: la constitution et l’intégrité des membranes cellulaires, le bon fonctionnement des systèmes cardiovasculaire, cérébral, hormonal et inflammatoire, etc. La consommation et l’absorption d’oméga-3 et d’oméga-6 est donc nécessaire pour que le corps puisse fabriquer des substances primordiales afin d’atteindre la santé optimale.

Dans cet article, il sera principalement question des oméga-3. En général, notre alimentation regorge d’oméga-6 qui sont contenus dans plusieurs huiles d’origines végétales. On estime en général que le rapport oméga-6/oméga-3 dans l’alimentation occidentale est de 10/1 à 30/1, tandis qu’il devrait idéalement se situer entre 1/1 et 4/1. Ce débalancement nuit à l’utilisation optimale des oméga-3 par l’organisme. Il existe entre les deux substances une compétition pour plusieurs enzymes et, dans une moindre mesure, pour plusieurs vitamines (vitamines B3, B6, C, E) et minéraux (magnésium et zinc). Il faut donc augmenter notre consommation d’oméga-3 et réduire celle des 6.

Les principales sources végétales d’oméga-3 sont les huiles et les graines de lin, chanvre, chia et citrouille. Alors qu’au niveau animal on les retrouve dans les huiles de poisson et de krill (un petit plancton des fonds marins). L’huile provenant de sources végétales est l’acide alpha-linolénique (AAL), alors que l’huile de poisson est constituée d’acide eicosapentaénoïque (AEP ou EPA) et d’acide docosahexaénoïque (ADH ou DHA).

La seule huile qui soit vraiment «essentielle», est l’AAL. Notre corps peut synthétiser les autres oméga-3 à partir de celle-ci. Toutefois, la conversion en AEP et en ADH n’est pas suffisante pour subvenir à tous nos besoins, d’où l’importance d’intégrer la consommation de poissons (ou de suppléments) à notre saine alimentation.

L’AEP a des fonctions protectrices au niveau des vaisseaux sanguins et du coeur et de plus, elle a des effets anti-inflammatoires et anti-allergiques. L’ADH tant qu’à elle joue un rôle fondamental dans le développement du cerveau (primordial chez l’enfant) et de la rétine. Ensemble, ces acides gras peuvent prévenir les problèmes de crises cardiaques, dépressions, cancers, inflammations de l’intestin, certaines maladies dégénératives du système nerveux, et bien plus.

évidemment, l’effet le plus intéressant en ce qui concerne la chiropratie est probablement le potentiel anti-inflammatoire des oméga-3. Consommés sur une base quotidienne, les oméga-3 peuvent réduire considérablement les douleurs au dos et aux autres articulations associées à l’arthrose et à toutes les conditions se terminant en «ite» telles que les tendinites, bursites, …

Si vous pensz que les oméga-3 peuvent possiblement vous aider, parlez-en à l’un de nos chiros du Centre chiropratique et il pourra vous recommander le produit le plus adéquat pour vous.

Références : www.passeportsante.net et www.mercola.com Article du Dr Pierre-Marc Gelderblom, chiropraticien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *